Max

max02.jpg    max01.jpg

 Ce que fait Max :

  1. Il est autonome, ou télécommandé par infrarouge

  2. Il se déplace ; il évalue les distances ; il évite les obstacles et les trous

  3. Il applaudit ; il tourne la tête dans tous les sens

  4. Il  obéit aux ordres et répond à son interlocuteur

  5. Il reconnaît les formes et les couleurs ; il suit les objets

  6. Il filme son environnement

Electronique

Tous les composants proviennent de LEXTRONIC, superbe magasin et conseils avisés.

Robot piloté par microprocesseur « PICBASIC » de COMFILE.

Le circuit PICBASIC est un outil fabuleux, par sa souplesse d’utilisation et sa facilité de programmation. Malgré son prix plus élevé que les PIC ou AMTEL, je le recommande chaudement  à tous ceux, et en particulier les débutants, qui souhaitent finaliser rapidement un projet.  Son seul défaut : sa lenteur d’exécution, car il repose sur un BASIC interprété, qui n’a pas la vitesse des langages compilés. Par exemple, je n’ai pu mener à bien un projet de quadrirotor, car les délais d’exécution du PICBASIC étaient rhédibitoires pour le temps de réaction nécessaire aux impulsions des gyroscopes. Peut être ai-je introduit trop de boucles dans mon programme ?

Si vous souhaitez allier simplicité et vitesse, je vous suggère de programmer en BASIC PROTON très proche du PICBASIC mais en langage compilé, disponible chez SELECTRONIC.

Télécommande infrarouge « IR Remocon » de COMFILE, pour doubler la commande des fonctions.

Roues arrière pilotées par L293D et bloc moteurs « Twin motor TAMMIYA » ; une roue folle à l’avant.

Le circuit L293D est un double pont en H, qui peut supporter 600mA dans sa version à diodes intégrées et 1A dans sa version normale. Idéal pour des robots à faible motorisation. Pour des moteurs plus puissants, il vaut mieux utiliser le L298 ou le LMD18200.

Evaluation des distances et  évitement d’obstacles et de trous par deux télémètres « SHARP GP2D120« .

Les télémètres SHARP sont très précis et permettent un excellent évitement d’obstacles. Très simples à interfacer avec les PICBASIC.

Deux contacts « switch » à l’avant, pour évitement d’obstacles de contact.

Mouvements de la tête et des bras, assurés par trois servos.

Obéissance aux ordres et dialogues, exécutés par module de reconnaissance vocale « SENSORY Voice Extrem« .

le Voice Extrem est un module très performant, mais assez délicat à programmer si l’on ne maîtrise pas correctement le langage C, ce qui est mon cas Mecontent.

 Reconnaissance des formes et couleurs, suivi d’objets  exécutés par module caméra « CMUCAM 2« .

Le CMUCAM est un module de reconnaissance visuelle, très performant pour le suivi d’objets (de couleur tranchée !). Son interfaçage avec le PICBASIC n’est pas très simple, pour les débutants, car il faut interpréter correctement les trames qu’il émet, en langage propriétaire. Je dois reconnaître que j’ai galèré au début, mais quel plaisir quand ça marche enfin.

Vision par mini-caméra embarquée, contrôle sur moniteur.

Pour les circuits imprimés, j’utilise des plaques d’essai, très souples d’emploi  moyennant quelques straps, et facilement réalisables à l’aide du petit logiciel LOCHMASTER, distribué par LEXTRONIC. La simple implantation des composants me tient souvent lieu de schéma.

En résumé, la réalisation de ce type de robot est une excellente approche de la robotique ludique, car elle met en oeuvre les principaux composants de tous les robots jouets du marché, à un prix certes très supérieur aux « sapiens », « raptor », etc..,  de la grande distribution, mais comme on dit, quand on aime on ne compte pas. emoticone

  

Max pdf programmemax.pdf

maxpicesdtachesbd.jpg maxecorchbd.jpg  maxbrasbd.jpg    max.jpg

  

 

2 Réponses à “Max”

  1. Huser Joël dit :

    Excellent !!!

    C’est un bon repas gastronomique en électronique que j’ai mangé là… Reste plus qu’à digérer et à pondre…

  2. hervemougeot dit :

    merci pour votre message très sympa.

    mais gare à l’indigestion ou à l’overdose

Laisser un commentaire